Qui sommes nous ?

Damien Roquel

Pourquoi ?

Pendant 4 années je suis intervenu dans les classes avec des Lego en tant qu’intervenant extérieur agréé en technologie afin d’enseigner autrement des notions souvent complexes.

Au cours de ces interventions, sauf problème médical clairement identifié, je n’ai jamais rencontré d’élèves en situation d’échec dans ses apprentissages quand nous passions par le jeu et un mix d’apprentissages individuels et collectifs. Et pourtant j’ai été maintes fois mis en garde par les enseignants avant mes interventions sur le fait que tel élève ne « s’intéressait à rien », que tel élève « ne tenait pas en place », etc.

Si cette expérience s’est avérée fondamentale en termes d’apprentissages pour moi, elle s’est heurtée à deux freins majeurs.

  • La volonté claire d’une partie du système (Institution, enseignants, parents d’élèves, syndicats, élèves, etc…) de freiner toute tentative venant d’équipes pédagogiques prônant des approches pédagogiques différentes,
  • Un modèle économique viable difficile à trouver pour une entreprise qui souhaite accompagner le changement directement auprès des classes en France

Mon activité s’est donc orientée vers les entreprises ou j’ai mêlé mon expérience de 10 années dans l’industrie et ce que j’avais découvert de l’apprentissage grâce aux enfants.

J’accompagne aujourd’hui les adultes à mieux collaborer au quotidien et à renforcer leurs performances en s’appuyant sur l’Intelligence Collective et le respect des individualités.

Mais je ressens une grande frustration de « rattraper » avec les adultes ce que nous pourrions inculquer directement aux enfants dans un monde idéal.

J’ai donc lancé un appel lors d’Agile Tour Nantes aux professionnels de l’accompagnement intéressés par une démarche de partage de nos outils d’apprentissages via l’intelligence collective et le jeu auprès des enseignants.

Cette démarche se veut totalement gratuite, décorrélée de l’Institution et représente pour moi ma contribution à une école valorisant chaque élève afin d’en faire un citoyen peut-être « mieux dans sa peau » et plus tourné vers les autres. Car oui il est possible d’apprendre autrement et de passer d’un mode de pensée orienté « compétition » à un mode de pensée orienté « collaboration ». C’est le seul valable à mes yeux pour former une société plus juste et viable.

Que ressentez-vous ?

Une grande fierté d’avoir réussi à mobiliser 14 enseignants « pionniers » sur deux journées lors de leurs congés. Et que ces enseignants représentent tous les niveaux, de Moyenne Section de maternelle jusqu’à l’université !

De la satisfaction, d’avoir réussi à « contaminer » Steeve et Perrine de me suivre dans ce projet, d’avoir coconstruit ce parcours sans aucun rdv en présentiel avant le jour J et également que notre trinôme ait été si complémentaire tout au long des deux journées.

Qu’est ce qui s’est passé ?

Nous avons préparé notre parcours de formation avec beaucoup d’enthousiasme, mais aussi d’humilité. En effet, même avec des « pionniers », nous sentions que nous risquions de rapidement « chatouiller » certaines et certains sur leurs pratiques et leurs postures.

Nous avons accueilli les participants du mieux possible, dans un lieu calme et adapté.

Nous avons partagé gratuitement tous nos outils. La seule chose payante étant les repas (50€), que nous avons géré totalement afin de vivre des moments de partages. Cela a été très apprécié.

Pendant la formation, une fois la rencontre crée et les attentes formulées via deux activités prévues à cet effet, un premier atelier d’échanges a permis de mesurer le degré de souffrance du corps enseignant au quotidien. Tiraillé entre l’EN, leurs propres freins au changement, les parents, les élèves, etc… et le fait de ne pas avoir été formé à l’utilisation d’outils collaboratifs.

Au cours des deux journées le groupe s’est construit. Les esprits se sont ouverts sur le fait qu’une évolution de la posture de l’enseignant ainsi que la mise en place de pratiques collaboratives pouvait apporter un plus aux élèves (et aux enseignants par la même) dans les apprentissages.

Nous avons aussi réalisé à quel point le mixage des enseignants était un plus pour eux. Certaines pratiques de maternelle sont en effet applicables sans problème dans le secondaire, et vice et versa.

Quelles conclusions en tirez-vous ?

Que nous sommes tous des éléments du système, et que nous pouvons tous agir sur ce dernier, en bien ou en mal, à nous de le décider…

Déjà vu cela dans le cadre de vos activités courantes ?

En permanence, avec toutes les équipes que j’accompagne, on pense toujours que c’est à l’autre de changer et de s’adapter…

Je citerai un prof que je connais bien, Christian Den Hartig : « Le management c’est de la pédagogie pour adultes, et la pédagogie c’est du management pour enfants » (au niveau étymologique pour le « management », c’est-à-dire « Prendre soin »).

Comment feriez-vous différemment ?

Je proposerai une journée de suivi à J+ 3/6 mois, afin de faire mesurer à chaque participant le chemin parcouru.J’annoncerai la date plus tôt que pour la première session afin d’essayer d’avoir plus de participants.

Et si, je voulais vous rejoindre dans votre aventure ?

Si vous êtes enseignants, il faut simplement que vous vous inscriviez à notre prochaine session. Si vous êtes un professionnel qui souhaiterait agir avec nous et former des enseignants, il vous faudra adhérer à notre pourquoi sans réserve.

Et maintenant ?

Nous lançons notre 3ème session de formation pour les 20 et 21 Février 2010. Pour les inscriptions : noussommeslesysteme@gmail.com

Perrine Baudimont

Pourquoi ?
Mon pourquoi au quotidien est d’inciter et donner envie aux gens de se connecter les uns aux autres pour faire circuler les énergies, les talents, les expériences et les savoirs.
Tout cela pour créer un quotidien rempli d’enthousiasme, de curiosité, de solidarité et de confiance.
Je suis convaincue que lorsque ces conditions sont réunies, nous pouvons donner le meilleur de nous-même et contribuer au meilleur de nous tous.
Alors chaque jour, dans mon activité professionnelle en entreprise, j’y contribue, en facilitant le collaboratif et en animation des formations, des sensibilisations ou des accompagnements autour de ce sujet.
J’utilise énormément les techniques du jeu et de l’expérientiel de manière générale et je m’aperçois de l’efficacité de ces approches avec les adultes tant que la destination que sur le chemin pour y parvenir.
Tous ces professionnels ont tous été des enfants, qui ont fait leurs tous premiers apprentissages par le jeu avec beaucoup de plaisir, de curiosité et d’enthousiasme.
Alors j’ai eu envie de partager les constats et les approches que j’utilise en entreprise avec les adultes, avec ceux qui forment les adultes de demain, à savoir les enseignants de tous niveaux, de la maternelle au supérieur, pour faire circuler nos énergies et donner envie de s’appuyer sur la force du collectif pour accompagner les enfants et apprenants dans leur construction de professionnels de demain.
J’ai eu la chance de croiser sur mon chemin 2 personnes qui partagent mon pourquoi et qui débordaient d’envie et d’idée pour cette aventure alors comment ne pas les rejoindre dans ce pari un peu fou d’une expérimentation ouverte à tous les enseignants, pendant les vacances scolaires.

Que ressentez-vous ?
Je suis très fière et dynamisée par ces 1ere sessions et surtout par les échange que nous avons avec les enseignants après le retour au quotidien. Je suis bluffée par tout ce qu’ils expérimentent chacun en respectant qui ils sont.

Qu’est ce qui s’est passé ?
Nous avons finalement passé assez peu de préparation sur le déroulement précis de la session, en revanche, le temps que nous avons partagé en amont nous a permis de confirmer notre confiance réciproque et notre alignement
Sur le pourquoi de ce projet et sur notre état d’esprit et nos envies. Durant l’animation des 2j, nous avons senti et ressenti les moments. Nous avons pu apporter chacun nos différences et nos complémentarités, avec beaucoup de spontanéité. Je me suis sentie libre d’amener dans ce groupe la personne que je suis, telle que je me sentais à ce moment-là. C’est pourquoi je me sens fière de ce que nous avons vécu tous ensemble durant ces 2j.
J’ai ressenti beaucoup de spontanéité et de lâcher prise également chez les participants. Chacun a exprimé et accueilli ses ressentis et ses prises de conscience, ce qui a fait circuler une bonne dose d’énergie, de talents, d’expériences et de savoirs !
En bref, nous avons vécu une expérience intense d’intelligence collective.

Quelles conclusions en tirez-vous ?
Cette expérience me confirme encore l’importance de faire ce en quoi l’on croit avec des personnes qui partagent la même envie et qu’en faisant confiance au collectif, la magie opère.

Déjà vu cela dans le cadre de vos activités courantes ?
J’ai la chance d’accompagner des ateliers collectifs régulièrement et donc de provoquer cette connexion et cette circulation des énergies.
Lorsque j’accompagne des groupes de jeunes qui ont décrochés du système scolaire, je constate également à quel point développer la confiance du collectif permet d’avancer et réactiver son envie et ses capacités à apprendre et se construire.

Comment feriez-vous différemment ?
Je permettrais encore plus à chacun d’emprunter le chemin à son rythme.

Et si, je voulais vous rejoindre dans votre aventure ?
L’essentiel est de connaitre ton pourquoi et que l’on soit aligné !

Et maintenant ?
Vivement les prochaines dynamiques ! Si tu es enseignant et que tu veux vivre l’expérience, contacte nous 🙂

Steeve Evers

Pourquoi ?

Les sujets liés à l’apprentissage sont au cœur de mes réflexions depuis quelques années, en particulier à travers le projet Aristote que je porte, qui cherche à partager le « apprendre à apprendre ». C’est donc logiquement que j’ai répondu à l’appel de Damien, lancé lors du dernier Agile Tour à Nantes. Je savais que Perrine était aussi impliquée dans le « partager nos savoirs dans le monde de l’éducation ». Partager avait du sens pour moi, le faire avec Perrine et Damien lui donnait une autre dimension. L’objectif pour moi est de permettre à un enfant (déjà un ce serait fou) de réussir pleinement sa scolarité puis sa vie, en partie grâce à ce que nous partageons.

Que ressentez-vous ?

Je suis heureux de ces moments de vie partagés. Deux journées à donner et beaucoup recevoir. Des enseignants très impliqués et à qui on a envie de partager tout notre savoir pour les rendre plus « forts », plus outillés.

Qu’est ce qui s’est passé ?

On a beaucoup ri, pleuré aussi. C’est vous dire à quel point on a beaucoup, beaucoup, beaucoup appris. Et puis, il y a eu les premiers retours d’enseignants qui se sont jeté à l’eau. Et ça, c’était encore plus intense.

Quelles conclusions en tirez-vous ?

Notre intention est valable de partager avec des enseignants pour répandre le collaboratif, concret et palpable, pas de vagues discours mais bien de la pratique directement applicable. Notre intention est juste, on a su apporter de la valeur directement mise en œuvre.

Déjà vu cela dans le cadre de vos activités courantes ?

C’est mon métier, donc j’ai l’habitude de ce genre d’événements, des suites, des émotions provoquées.

Comment feriez-vous différemment ?

Je prendrais plus soin encore des apprenants, même avec toutes les précautions possibles, on ne prend jamais assez soin des apprenants que l’on nous confie. Condition non négociable à un apprentissage efficace.

Et si, je voulais vous rejoindre dans votre aventure ?

Il faudrait t’aligner sur notre raison d’être.

Et maintenant ?

Et maintenant, s’ils existent d’autres enseignants qui veulent partager et apprendre avec nous, on va continuer. Evidemment, qu’on va continuer.